Les 50 ans de la paroisse : Editorial du père Alexandre

Chers frères et sœurs,

Le Christ est ressuscité !

Nous voici au seuil d’une étape importante : les 50 ans du début de notre communauté paroissiale, avant même qu’elle ait reçu ce statut de paroisse orthodoxe francophone.

Il y a 50 ans, un groupe de personnes qui deviendront les fondateurs de notre paroisse, ont pu vivre la première liturgie en français, au Centre orthodoxe de Chambésy, avec la bénédiction et la participation de Mgr Damaskinos, de bienheureuse mémoire, qui deviendra peu après le premier métropolite de Suisse.

C’étaient des visionnaires dans la Tradition ! En effet, cette initiative était inspirée par l’Esprit-Saint, selon les paroles du Christ : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19). Ils ressentaient l’urgence de rendre compréhensibles les offices dans la langue locale, afin de vivre plus pleinement cette grande richesse des célébrations liturgiques. Et cela me fait penser à cette période de la Pentecôte que nous vivons actuellement. En effet, le mot Pentecôte, veut justement dire Cinquantième. C’est 50 jours après la Résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ, que le Saint-Esprit, le Paraclet, le Consolateur est descendu sur les apôtres sous forme de langues de feu. C’est la création de l’Église comme Corps du Christ. Quatre ans après cette naissance de notre communauté francophone, nous avons reçu la grande bénédiction de fonder notre paroisse sous le vocable de la sainte Trinité et de la sainte mégalomartyre Catherine.

À l’aune de l’histoire de l’Église, ce n’est que l’instant d’un battement d’aile, mais au regard d’une vie humaine, c’est un temps de passage vers la maturité, un temps d’action de grâce pour célébrer l’action du Seigneur, un temps de conversion et de nouveau départ. C’est l’occasion aussi de remercier les fondateurs de notre paroisse, surtout et avant tout Marina et Tikhon Troyanov, le père Georges Tstetsis ainsi que Pierre et Penka Ronget, qui soutiennent toujours activement notre paroisse. C’est un temps pour prier pour nos défunts de bienheureuse mémoire qui ont soutenu ce grand projet de la création de notre paroisse, dont le métropolite Damaskinos et les bienfaiteurs Georges Lemos et sa femme Katingo (Catherine). Que Dieu leur accorde une mémoire éternelle !

Je tiens à remercier de tout cœur toutes celles et tous ceux qui participent au bon déroulement de la vie de notre paroisse !

« Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache comment » (Mc 4, 26). Nous pouvons contempler aujourd’hui les fruits de ce que les fondateurs ont semé, et nous en profitons. Cependant, nous aussi nous avons à préserver ces fruits ; nous aussi, nous avons à semer des graines afin de témoigner de l’Amour et de la Bienveillance de Dieu. En effet : « Personne n’allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché ou sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière » (Lc 11, 33). Quels projets pouvons-nous mener pour témoigner et pour mettre sur le chandelier  cette flamme dont nous avons hérité ? Ne nous reposons pas sur nos lauriers, n’ayons pas peur d’agir dans le Seigneur et soyons audacieux : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » 1 Pierre 2, 9.

Que Dieu bénisse et protège son héritage et nous accorde encore de nombreuses années à son service !

Père Alexandre

Retour au dossier des 50 ans